Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 08:58

Samedi, c'était l'EVJF de Sylvie. Par "EVJF" entendez "enterrement de vie de jeune fille", cette coutume barbare qui consiste la plupart du temps à humilier la future mariée, pour la punir de je-ne-sais-quel crime horrible. Pour ce faire, on la déguise en saucisse géante et on l'oblige à vendre des préservatifs dans un centre-ville bondé et de réaliser d'autres défis à base de "pas cap de plonger tout habillée dans la fontaine ?"

J'exagère. Souvent, les témoins et amies de la mariée sont des filles sympas qui décident de chouchouter l'héroïne du jour, et optent pour une journée détente spa-cocktails-restau. Classique mais efficace.

A poil plutôt qu'en fourrure

Cocooning ou masochisme, l'important, c'est que la future mariée soit contente.

Un autre classique des EVJF, ce sont les mecs à poil. Parce que forcément, si tout va bien, la fille ne va plus voir qu'une seule paire de fesses pendant tout le reste de sa vie, alors du coup, on profite de sa dernière soirée de célibataire pour en mater un paquet d'autres. A noter : les EVJG avec stripteaseuses sont considérés comme foncièrement dégoutants et sordides, tandis que les stripteaseurs dans les EVJF sont lol et gentiment politiquement incorrects.

Je savais que Sylvie, comme moi, ne partageait pas cette opinion. Militante écolo, fervente défenseuse des droits de l'Homme, Sylvie a beaucoup d'humour, heureusement pour elle. Car lorsque nous nous sommes retrouvées en route pour Wavrin, petite ville des Weppes, dans le sud de Lille, elle a vite compris qu'elle tombait dans un traquenard. "Vous m'emmenez quand même pas au Bonheur des Dames ?"

Silence dans la voiture. La témoin en était pourtant persuadée, c'était une excellente idée. Nous voilà donc arrivées à Wavrin, place de la gare, où une limousine kitsch nous attend pour effectuer le kilomètre qui nous sépare de l'entrée de la salle de "spectacle".

Une carbonnade au poil

Le concept ? Un repas, suivi d'un show plutôt chaud, où les serveurs se transforment en stripteaseurs. Heureusement que cet ordre est respecté. Car ce qu'il faut savoir, c'est que le "tease" est très vite abandonné au profit du strip, et que Miguel, notre serveur, que je soupçonne de s'appeler en réalité Kévin ou Nicolas, s'est retrouvé sur scène, avec, en guise de feuille de vigne, sa main... Cette main qui nous avait apporté nos carbonnades flamandes moins d'une heure auparavant. Frissons.

Peu de place pour l'imagination : à chaque chorégraphie, après trente secondes d'une danse maladroite, les jeunes hommes au torse épilé se retrouvent en tenue d'Adam, le paquet en main, laissant échapper un testicule de temps en temps, au détour d'un mouvement un peu trop brusque. On nous vend du rêve.

Les futures mariées, nombreuses dans la salle, sont invitées à monter sur scène pour avoir une danse privée d'une sensualité rappelant celle de la parade nuptiale du pigeon. Les plus chanceuses auront même le droit de poser la main sur l'entrejambe du monsieur, tandis que lui-même lève les bras, version pub Gerflor. (voir ci-dessous, pour les personnes nées après les années 80)



1986 - gerflor par fifitou

 

Sylvie n'est pas montée sur scène. Fallait pas déconner. D'autres en revanche ne voulaient plus en descendre, comme cette quinqua bien éméchée qui agrippait les fesses nues d'un danseur, s'y accrochant comme à un dernier espoir, et qui a finalement dû être évacuée par un vigile...

Le show a fini en apothéose, avec l'ensemble des stripteaseurs apparaissant nus, sous un jet d'eau ruissellant sur leur pectoraux, avant de rejoindre les allées de la salle pour se trémousser devant les spectatrices. Miguel, qui m'avait servi ma carbonnade, s'est approché de moi, vicieusement, et, par surprise, a saisi de sa main libre ma propre main pour la coller sur son torse avant de descendre langoureusement... Réflexe, mes doigts se sont recroquevillés. Je crois que j'ai griffé Miguel et j'en suis désolée... 

Nous aurions pu prolonger la soirée dans le "salon rouge" où, moyennant finances, nous aurions pu bénéficier d'autres danses encore plus privées, mais nous avons préféré regagner nos pénis pénates. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Refia - dans En vrac
commenter cet article

commentaires