Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2006 2 21 /11 /novembre /2006 14:42

Arthur est un génie.

Je ne vois pas d'autre explication. Seul un génie pourrait réussir à créer une émission de trois quarts d'heure à partir de... rien. Un peu comme l'alchimiste qui fabrique de l'or à partir du plomb, Arthur est la pierre philosophale de la télévision française. A part que lui, plus fort, il n'a pas besoin de plomb (dans la cervelle) pour fabriquer ses programmes.

Pour ceux qui ne connaissent pas l'émission, petit résumé des règles.

Un animateur (Arthur), 24 candidats représentant les 22 régions françaises plus l'outre-mer et les pays francophones. Chaque candidat a une boîte. L'un d'eux est tiré au sort pour venir, sa boîte sous le bras, s'asseoir aux côtés d'Arthur. Et c'est là que le jeu commence : l'heureux candidat va ouvrir une à une les boîtes de ses partenaires de jeu, pour découvrir ce qu'il n'a pas gagné. Jusqu'à ouvrir la sienne à la fin, et découvrir la somme qu'elle contient. C'est un peu con quand on y pense, car il suffirait d'ouvrir tout de suite la boîte de l'élu. Mais bon.

Pour faire passer le temps (parce qu'ouvrir des boîtes, c'est sympa, mais sur la durée, c'est un peu ennuyeux), Arthur virevolte, de candidat en candidate, dissertant sur la coiffure de l'un ou se gaussant de la mini-jupe de l'autre. Ah oui ! Parce que des mini-jupes, il y en a. Pour être candidat à l'émission d'Arthur, il faut faire moins de 60 kilos et plus d'un mètre 75 pour les filles. Gros seins recommandés.

Les sommes dans les boîtes vont de 0.01 euro à 1 million d'euros, en passant par diverses sommes, et des cadeaux tels qu'un trombone ou une casserole. Alors forcément, le candidat, il espère avoir le million. Et il raconte à Arthur qu'il aimerait bien refaire sa maison, et payer un voyage à sa pauvre maman qui est malade et qui a bien souffert. Arthur exulte. "Allez Roger, pour votre maman, maintenant, virez moi la boîte à un centime !" Comme si le fait de se concentrer allait vraiment jouer. Il va jusqu'à demander aux candidats quelle est leur tactique pour gagner. Souvent, c'est de choisir ses numéros fétiches. Ou au contraire de les garder pour la fin. Ce qui donne des scènes genre "Je ne sais pas trop quoi faire car le 15, c'est mon anniversaire de mariage, et le 26, c'est l'anniversaire de ma femme". Et Arthur insiste, "Réflechissez bien !", tourne autour du candidat, lui masse les épaules pour le détendre... tout en lui rappelant sa pauvre maman malade qui compte sur lui.

Une à une, les boîtes sont découvertes. Quand les sommes sont petites, le public en délire applaudit à tout rompre, aidés par un chauffeur de salle dopé à la caféine. Par contre, lorsqu'on ouvre une boîte et qu'on dévoile une somme rondelette (on comprend alors que si elle est là alors elle est pas dans la boîte du candidat parce qu'on est vachement malin) et là, "oooohhh !" de stupeur dans le public, Arthur qui se couvre les yeux, pudiquement, pour ne pas assister à cette débandade, et le candidat, sous pression, qui commence à avoir sérieusement les boules.  

Et puis il y a le banquier. Dans tout bon film, il y a un méchant très méchant. Ici, c'est le banquier. Il intervient au cours de l'émission pour proposer au candidat d'échanger sa boîte, soit contre des sommes d'argent bien inférieures à ce qu'il reste en jeu, soit contre une boîte d'un autre joueur présent sur le plateau. à chaque fois, ça redonne lieu à des scènes "le 15, anniv de mariage, le 26, ma femme, gnagnagna..." Cas de conscience. Tiraillement. Doute. Jusqu'à ce que le candidat prenne une décision qui paraît aussi importante que celle de déclencher une guerre nucléaire. Visages fermés des candidats. Yeux humides. Musique dramatique (Le dernier des mohicans, Platoon...  Ont-ils mérité ça ?)

Le pire, c'est qu'on se laisse avoir, on frémit à l'ouverture de la boîte. On se prend à hurler "nan, pas la 18 !!!!!" et à prier pour que le candidat reparte avec la boîte à un million et se paie la maison. Arthur insiste : "Vous faites quoi dans la vie ? Infirmier ? ça gagne pas beaucoup ça... 1200-1400 euros ? Vous rendez compte que là, vous pourriez gagner  des centaines de fois votre petit salaire ?"

Il reste deux boîtes.

La tension est à son comble. La musique de Platoon hurle sur le plateau, Arthur fait les cent pas d'un air grave. Le candidat est au bord de la crise de nerfs. L'huissier, qu'on a mis bien en vue, continue de noter, impassible, les sommes dévoilées et les réponses du candidat aux propositions du banquier... Le candidat se ronge les ongles jusqu'à l'os. Dans le public, sa femme se mouche bruyamment.

Un million d'euros ou un centime.

Un million dans une boîte, un centime dans l'autre boîte.

"Réfléchissez bien", répète Arthur. Comme si, par un savant calcul (je prends le numéro de ma boîte que je multiplie par la racine de Pi puissance 4...), on pouvait savoir le montant de la somme cachée dans la boîte.

Driiiiiiiing !

La sonnerie déchirante du téléphone (parce qu'il est des sonneries déchirantes même pour les téléphones) interrompt le monologue d'Arthur (le candidat, ça fait longtemps qu'il a sombré dans l'apoplexie). C'est évidemment le banquier qui propose au candidat d'échanger sa boîte contre celle qui reste. Un chiox difficile. Il faut encore réfléchir. Arthur rappelle au candidat que sa maman compte sur lui. Le 15 ? Le 26 ? Le héros du jour opte pour l'échange.

Applaudissements. La décision était difficile à prendre. La révélation finale approche. Arthur jette un oeil discret au contenu de la boîte. Et se relève d'un air grave. Ca ne veut rien dire. Même si c'est bon, il a un air grave, histoire de foutre la frousse au candidat. Le candidat lui, il voit rien, il est sous la table, en train d'étouffer.

PAF !

Il a gagné 1 centime. Sa boîte qu'il chérissait depuis le début du jeu contenait bel et bien un million d'euros et il s'en est séparé pour un centime. Satané anniversaire de mariage !

"Quel dommage !" dit Arthur, "Pensez à votre pauvre maman qui n'aura pas de vacances !" Le candidat n'y pense pas, il est en pleurs, sa femme aussi, les autres joueurs également et même moi devant la télé, j'ai un peu les boules.

Surtout que les 1 centime d'euro, rappelle Arthur, le candidat va devoir les partager avec un téléspectateur chanceux. Qui doit pleurer aussi devant sa télé.

A prendre ou à laisser, du lundi au vendredi, 19h05 sur TF1 (pub)

Partager cet article

Repost 0

commentaires